Charte de déontologie du coach

« En tant que coach professionnel, je suis porteur d’un certain nombre de principes découlant de ma pratique et des pratiques de mes confrères. Cette pratique et les règles auxquelles je suis astreint sont explicitées dans cette charte. »

Référence : http://www.sfcoach.org/professionnalisation/code-de-deontologie.html

Reproduction :

Charte de déontologie du Coach

Règles du coach

  • Le coach a suivi avec succès les formations qu’il expose dans son CV, et il possède une expérience professionnelle en entreprise significative (plus de dix ans).
  • Le coach a effectué un travail sur soi (thérapie, analyse) suffisamment long pour avoir abordé et résolu les sujets personnels qui pourraient le mettre en difficulté.
  • Le coach possède un espace de supervision qu’il consulte régulièrement (mensuellement a minima) et qu’il peut consulter en cas de besoin.
  • Le coach est garant de la confidentialité de tout ce qui lui est confié, que ce soit directement par le client, ou bien de la part de l’entreprise qui le missionne. Cette confidentialité porte également sur ce que le patient lui confie et qui ne doit pas être divulgué dans son entreprise.
  • Le coach s’astreint à une obligation de moyens mis en œuvre pour réussir sa mission. Il donne notamment le meilleur de ses capacités pour tous ses clients, et sans faire moins que ce qui est explicité dans le contrat.

 

Règles vis-à-vis du client

  • Le coach travaille avec le client en tant que personne autonome, et il agira pour que cette autonomie du client se développe autant que possible. Le coach est dans une position de respect par rapport à la situation présente du client.
  • Le client est accepté tel qu’il est par le coach, sans condition, et la personne du client est considérée comme plus importante que ses objectifs et ses actes présents (qui peuvent évoluer).
  • Le coach est responsable de ses actes, le client est responsable de ses actes. Chacun est responsable des résultats qu’il obtient.

 

Règles vis-à-vis de l’organisation

  • Le contrat tripartite entre le coach, le coaché et le commanditaire (l’organisation) doit être explicite et clair pour chaque partie. Les objectifs, les rôles et les limites de la prestation de coaching sont explicitées.
  • Le coach n’est pas un outil et ne doit être instrumentalisé par aucune des parties. Il ne doit pas y avoir de contrat caché biaisant le travail de coaching.