Le bonheur, c’est plus tard ! … Vraiment ?

Je trouve que notre société en 2017-2018 est très frileuse quand il s’agit de parler de bonheur. Dès que ce mot apparaît, les boucliers se lèvent, d’emblée, et les pourfendeurs d’arnaques se ruent, criant au blasphème ! Entre les « coach de vie », qui vendent leur recette du bonheur, ou les chefs d’entreprise sacrifiant à la mode « bonheur au travail », nous n’avons rien d’autre qu’une lourde omerta autour de ce simple mot.

Voilà bien un exemple de sujet tabou. Attention, si tu y touches, tu t’y piques !

Mais pourquoi ? Comment ?

Parlons-en un peu, justement, et tant pis pour les épines ! Car où il y a roses, il y a piqûres …

Avez-vous remarqué, comme moi, qu’autour de nous les gens ne croient pas qu’on puisse être heureux ici et maintenant. Il y a trop de freins au bonheur dans la vie quotidienne. Dans la vie quotidienne d’aujourd’hui je veux dire. Parce que plus tard, alors oui, plus tard (!!!) je pourrais être heureux …

Et si je vous disais que le bonheur ne dépend qu’assez peu de la situation extérieure ?

Vous ne me croiriez pas n’est-ce pas ? Vous pourriez me citer 1000 situations de vie, de votre vie ou de celles de vos proches qui prouvent que le bonheur dépend de la situation matérielle, familiale, amoureuse, professionnelle, etc.

Oui vous pourriez me citer tous ces cas, et en rajouter chaque jour quelques uns. Il y a tellement de sujets de révoltes et d’inquiétudes, tellement de sujets graves, tellement de catastrophes et de crimes … Nous pourrions certainement écrire un journal quotidien avec des articles nouveaux chaque jour sur les événements et les situations qui nous interdisent absolument d’être heureux ! (D’ailleurs ce type de journal me rappelle vaguement quelque chose)

Ok !

Ok ?

Mais dites-moi, que pensez-vous des gens heureux que nous rencontrons dans toutes les sociétés, dans tous les pays, riches ou pauvres, jeunes ou vieux, célibataires ou mariés, malades ou sains, travaillant ou pas ?

Les gens heureux n’existent-ils pas indépendamment de leur situation ?

Etant moi-même scientifique, j’ai tendance à me tourner vers la science quand j’ai des doutes. Et que nous disent les études scientifiques ? Que le bonheur est un état d’esprit, et que cet état d’esprit se retrouve dans toutes les sociétés, à tous les niveaux de fortune, que l’on soit célibataires ou membre d’une famille nombreuse, que l’on soit malade ou pas.

 

C’est ça notre tabou du bonheur ? Ce serait donc un état d’esprit que nous ne savons pas maîtriser ? et du coup il est dénigré, foulé aux pieds, laissé en pâture à ceux qui osent !

Est-ce nous voulons vraiment laisser perdurer cette situation ? Je préfère militer pour reprendre le contrôle de ce mot. Parlons bonheur, pensons bonheur, agissons bonheur !

Et je vous offre cette rose

Laisser un commentaire

2 + 3 =