Education anti-mentale

cieletoileImmensités stellaires

Lorsque vous levez les yeux vers un ciel nocturne étoilé, nettoyé de toute perturbation, vous pouvez contempler les étoiles. Vous pouvez reconnaitre certaines constellations, vous pourrez même observer la Voie Lactée, notre galaxie. Avec un bon téléscope, vous aurez la possibilité de vous projeter plus loin encore, d’observer les lointaines galaxies. La plus proche de ces autres galaxies, la galaxie d’Andromède est située à 2,55 millions d’années-lumière de nous.

Si vous remontez dans le temps, par votre imagination, à 2,55 millions d’années, vous imaginerez une époque dans laquelle l’homo habilis existait à peine en Afrique. La lumière de notre soleil parvenant actuellement dans la galaxie d’Andromède date de cette époque là …

L’espace entre les étoiles, et plus encore l’espace entre les galaxies, est immense, et à notre échelle cet espace nous semble presque infini. Les étoiles n’existeraient pas sans cet espace interstitiel. Pourtant nous sommes naturellement concentrés sur les étoiles, seulement sur ces étoiles. Car elles brillent, elles ont des propriétés, elles attirent l’oeil et la pensée.

Notre objectif en pleine conscience est de rechercher l’espace entre les pensées, espace que nous oublions naturellement de considérer, tout comme l’espace entre les étoiles. Pour cela, il faut arrêter de penser !

Arrêter de penser !

Voilà un drôle d’objectif me direz-vous … Plus j’y pense et moins j’y parviens. Si je fais des plans pour moins penser, si je précise mon objectif, je me heurte à une surchauffe d’activité cérébrale, exactement contraire à mon souhait.

La proposition de la pleine conscience, qui rejoint en cela celle de l’illumination bouddhique, ou de son cousin la maîtrise Zen, est justement de contrôler sa propre activité cérébrale. L’objectif n’est pas d’arrêter toute pensée, non. L’objectif est d’inverser le flux : la pensée doit redevenir un outil puissant, au service de l’être.

L’être justement, le soi, l’identité, est habituellement complètement masquée par nos incessants verbiages mentaux. Notre mental jacasse, juge, évalue, se projette, affirme, contrôle, calcule, et ça continue, sans cesse, sans cesse, sans cesse … Pendant ce temps, mon être, qui Je suis, est totalement masqué par ce rideau de fumée. Je suis presque inaccessible à ma propre présence, du fait des jérémiades continuelles de mon cerveau.

Pour Me retrouver, pour vous retrouver, la proposition de la mindfulness est unique : cessez de penser. La tout de suite, maintenant ! Reprenez le contrôle de votre mental. Utilisez-le lorsque nécessaire. Uniquement.

Les émotions sont identiques : elles polluent, elles masquent, elles déforment, et finalement elles m’éloignent de mon identité propre.

Que ce soient les pensées qui défilent, ou les émotions qui habitent, Je me retrouve prisonnier d’un carcan puissant, qui va même jusqu’à me faire croire que je suis mes pensées, et que je suis mes émotions.

Mais non ! Je suis. Avant même de penser. Avant même d’être ému. Je existe. Et mon identité est pleine de joie, et d’amour, indépendamment de quoi que ce soit. Joie de la vie, Amour sans concession.

Comment faire ?

Il y a plusieurs chemins pour toucher son identité.

La méditation, la pleine conscience, sont la voie la plus connue, mais pas forcément la plus applicable dans notre société.

Une autre voie est celle que j’évoquais dans mon billet du 4 juillet : le pouvoir du « OUI« , l’acceptation inconditionnelle de ce qui est. Je parlais également de cela dans mon article « Admettre la réalité« .

Une autre voie encore, que j’avais expérimenté avec une force digne d’un ras-de-marée, est le protocole de l’alignement des niveaux logiques de R. Dilts. Lorsque nous gravissons pas à pas les marches de la pyramides, nous atteignons l’identité, qui est l’Être, et qui vous amènera à toucher du doigt celui (ou celle) que vous êtes.

Enfin une autre voie est par la concentration sur nos 5 sens : en se concentrant pleinement sur ce que vous voyez, sur ce que vous entendez, sur ce que vous ressentez, alors vous pouvez parvenir à réduire le flux de la pensée et l’impact des émotions.

Et si vous êtes aidé par un sage, un maître, un éveillé, le chemin sera plus court  !

mouette


A lire : 

  • Le pouvoir du moment présent – Guide d’éveil spirituel Poche – Eckhart Tolle – lien Amazon

 

Print Friendly, PDF & Email