Qu’est-ce que le « VAKOG » ?

Le modèle « VAKOG » est conçu en partant de la constatation toute simple que depuis notre naissance, et même pendant notre vie intra-utérine, nous percevons le monde qui nous entoure par nos cinq sens. Et seulement par ces sens. Nous entendons ce que nous dit notre mère, nous percevons la faim ou la douleur dans notre chair, nous voyons le monde qui nous entoure.

Alors notre conception du monde, dans notre cerveau, notre représentation du monde, est également construite avec ces mêmes composantes sensorielles. Que ce soit nos souvenirs, ou nos mondes imaginaires, nos rêves, toute représentation dans notre cerveau est « câblée » avec des composantes sensorielles.

Le terme VAKOG est simplement un acronyme des cinq sens : Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif, et Gustatif. Les trois premiers sont les principaux sens, qui nous envahissent plus facilement, et qui constituent l’essentiel de nos représentations mentales. Par convention, nous incluons dans Kinesthésique tout ce qui n’est pas ressenti par les quatre autres sens, ainsi le fait de toucher, de ressentir de l’humidité, de la chaleur, de la douleur. Et si à chaque sens nous pouvons associer un organe de notre corps (l’œil pour la vision, les oreilles pour l’auditif, le nez pour l’olfactif et la langue pour le gustatif), alors le sens Kinesthésique a pour organe l’ensemble « de tout le reste du corps ».

En pratique de la PNL le modèle VAKOG est constamment à notre esprit, et il est utilisé dans de nombreux protocoles notamment par des questionnements sur le ressenti (qu’est-ce que vous voyez ? … entendez ? … ressentez ? Où se situe cette douleur ? etc.).

De plus, il y a deux utilisations directes de ce modèle que je souhaite vous présenter. Ce sont les sous-modalités et les micro-stratégies. Je présente très succinctement ici ces deux concepts, afin que nous partagions une définition commune, mais je suis bien conscient que ce qui est décrit ici n’est pas suffisant pour pratiquer :

Les sous-modalités

  • lorsque notre client évoque une scène souvenir, nous pouvons lui demander de le faire avec le langage du modèle VAKOG qui est sa perception mémorisée de la scène : quelles sont les images de cette scène, les détails ? quelles sont les sons associés à cette scène, quelles paroles sont échangées ? etc.
  • Cette scène est associée à des émotions ressenties : lorsqu’il voit, entends, ressent tel stimulus, alors le client ressent telle émotion. Par exemple, « lorsque je suis dans l’open space de mon bureau, j’entends tous les bruits autour de moi : climatisation, portes, claviers de tous les collègues, divers conversations en cours, et en même temps je me sens tranquille et serein pour travailler ».
  • Le travail en sous-modalités consiste à modifier certains aspects d’une scène en intensifiant ou en réduisant certains paramètres mémorisés par le client. Par exemple, dans le domaine visuel, nous pouvons jouer sur l’intensité des couleurs, la proximité ou l’éloignement de la scène, la position associée ou dissociée du client, etc. Dans le domaine auditif, nous pouvons amplifier les sons ou au contraire les réduire au silence, nous pouvons choisir d’entendre plutôt telles paroles et pas les bruits autour, etc.

Quelques sous-modalités fréquemment utilisées :

Sous-modalités VAKOG

 

Les micro-stratégies

  • Une micro-stratégie est un enchaînement très rapide (quasiment instantané) de composants atomiques associant un ressenti VAKOG à une émotion. Par exemple, « lorsque mon patron me dit bonjour, je me sens très bien, mais lorsque je ressens son parfum qui me rappelle mon ex, alors là je ne peux plus le supporter et je deviens instantanément irascible … ».

 

Print Friendly

2 thoughts on “Le modèle perceptuel ou « VAKOG »

  1. Salut Clément,
    Par rapport aux sens, dans le modèle de psychologie humaniste de Silo, (cf Notes de Psychologie), on utilise les 5 sens classiques (Toucher en plus de tes VAOG) puis la cénesthésie, qui est la perception de l'intracorps et qui semble correspondre à ce que tu appelles ici la Kinesthésie et ensuite la Kinesthésie, qui est la perception du mouvement.

    Par intracorps, on entend ce qui est perçu à l'intérieur de l'enveloppe corporelle.

    @+
    William

    1. Salut William,

      Intéressant, un autre modèle ! J’aime bien les modèles différents, ils me font réfléchir sur ceux que j’emploie.

      En fait j’ai fait ici une description « simplifiée » du modèle perceptuel VAKOG.
      Lorsque l’on souhaite compléter ce modèle en PNL, nous introduisons une distinction entre « interne » et « externe ». Ce qui multiplie encore le nombre de canaux sensoriels, ou « sens ».
      Il y a le Visuel externe (ce que je vois), et le Visuel interne (les images remémorées ou inventées dans mon esprit). L’auditif externe (ce que j’entends) est encore séparé en deux catégorie, le tonal (les sons) et le digital (les mots), puis l’auditif tonal interne (les sons que j’ai dans mon esprit), l’auditif digital interne (les petites voix dans mon esprit, la façon dont je me parle).

      Peut-être que le kinesthésique interne (ce que je ressens dans mon corps, remémoré ou inventé, et qui est très lié aux états émotionnels) se rapproche de la cénesthésie, et le kinesthésique externe (ce que je ressens qui provient d’une source externe) se rapproche de la kinesthésie ?
      Je n’ai pas encore lu Silo, donc je ne peux encore répondre …

      Et merci pour ton apport,
      Clément.

Laisser un commentaire

26 + = 34