Origine :  V Lenhardt

Champ : Coaching individuel

Description  : Manière de présenter les différents niveaux d’identité (9 niveaux) et de permettre de penser l’action de coaching soit sur le domaine de l’important (niveaux 2, 3, 4) soit de l’essentiel (niveaux de 5 à 9).

colonne

 

Le niveau 1 est celui de l’identité politique, l’appartenance associative, la culture du pays dans laquelle on baigne.
Les niveaux 2, 3 et 4 appartiennent au monde de l’entreprise. Ils constituent « l’important ». Le 2 correspond à l’appartenance à l’entreprise ; le 3 correspond à la définition de fonction ; l’identité professionnelle (le 4) correspond au trajet que supposent la formation, le développement de la compétence dans le métier.

Le 5 est celui de la vie privée (famille, hobbies, vie intellectuelle, culturelle. Il doit être préservé dans sa spécificité.
Le 6 est celui de la vie psychologique, du développement personnel voire de la thérapie.
Les niveaux 7, 8 et 9 vont faire passer de la question du « pourquoi » au niveau 6 à celui du « pour quoi » avec des choix existentiels et notamment aux questions relatives à la mort et à la finalité de la vie personnelle ou professionnelle (A quoi sert tout cela ?). Au niveau de l’identité spirituelle, le « pour quoi » va devenir « pour qui ». Le niveau 9, confessionnel formule l’identité en « ce que je crois ».

Utilité  : Outil de diagnostic

Le rôle du coach est toujours de créer les conditions pour que la personne puisse mettre en cohérence les niveaux 2,3 et 4 (niveaux organisationnel, managérial et professionnel).
Chacun des niveaux d’identité de la colonne vertébrale du sens correspond à un « niveau logique » spécifique qui a sa cohérence propre. Le coach, sorte « d’ostéopathe » du sens a pour mission de veiller :

  • à accueillir les niveaux de sens concernés,
  • à focaliser sur les niveaux 2,3 et 4 (niveaux organisationnel, managérial et professionnel) en veillant à ce que « l’essentiel » soit au cœur de « l’important ».

Note :

Cette grille de lecture est à mettre en parallèle avec celle des niveaux logiques de Dilts (PNL), que je préfère généralement utiliser, car elle s’accompagne également d’une démarche spécifique.

Print Friendly