1. R comme réel : l’exploration de la réalité

Pour débuter l’entretien, le coach adopte une position ouverte ou il se synchronise sur le coaché.

  • De combien de temps disposons-nous ? Quelle est la situation, de quoi s’agit-il ?(Qui, quoi, où, quand, comment, combien, pourquoi et pour quoi {finalité}) => QQOQCCP

Possibilité d’utiliser la boussole du langage (appelée métamodèle en PNL).

2. P comme Probléme : l’exploration de la situation souhaitée
La description du réel permet de définir la situation actuelle (situation problématique). C’est l’écart avec la situation souhaitée qui va permettre de définir le problème.

  • Quel est le problème ?
  • Est-ce votre problème ?
  • En quoi est-ce votre problème ?
  • Pourquoi vous posez-vous ce problème ?
  • Pourquoi me le posez-vous à moi ?
  • Quelle serait la situation souhaitée ?

Possibilité de contextualiser le problème en parcourant les zones d’intervention ; voir aussi les typologies de coaching.

3. B comme besoins : les enjeux du client

Le coach établit un diagnostic (ce qui lui permet de formuler des hypothèses sur les besoins) et ce qu’il faudrait faire compte tenu de ce diagnostic. Qu’est-ce que le symptôme révèle au plan de l’organisation, au plan systémique, au niveau personnel, etc. ?

  • Quel est votre besoin ?
  • Que vous manque t il pour obtenir ce que vous voulez obtenir ?
  • Distinguer entre l’enjeu de coaching (ce qu’il cherche pour lui-même) et le besoin en séance (ce qu’il cherche auprès du coach)
  • Est-ce une question de positionnement identitaire pour mon client ? Personnel, professionnel ou institutionnel ? Quel est son problème d’identité ?

Possibilité d’utiliser le tableau enjeux du client et référents professionnels reflexes, et la colonne vertébrale de l’identité. Garder en tête les 15 paramètres.

4. D comme demande : « Client, qu’attendez vous de moi ? »

La demande est unilatérale. Il s’agit d’accueillir la demande en la recadrant dans un contrat, et d’entendre la demande latente par une écoute flottante.

  • Pourquoi me la posez-vous à moi ?
  • Quelle est votre demande ? Que voulez-vous atteindre comme résultats de cet entretien ? Qu’est-ce que vous attendez de ce coaching ? (Contrôler adéquation demande – besoin)
  • Comment saurez-vous que vous avez atteint votre objectif ?
  • Qu’attendez-vous de moi ? (Penser à offrir des options – reformulation, aide au diagnostic, réflexion sur les actions possibles, donner du feedback, etc.)

La demande peut prendre toutes sortes de forme :

  • La demande explicite : une demande du client qui souvent cache d’autres niveaux de demandes qu’il appartient au coach de faire émerger après une description du réel, une identification du problème et la prise en compte des besoins.
  • La non-demande : la personne n’est pas contre la demande mais n’a pas de réelle motivation.
  • La contre demande : le client n’arrive pas à formuler sa demande car il a du mal à élaborer sa parole. Il lui faut la parole du coach pour y arriver. Cette situation est frustrante pour le coach mais elle n’est pas tournée contre lui.
  • L’anti-demande : une demande contradictoire. Quelqu’un vient contre sa volonté.
  • Demande confuse : quelqu’un est envahi par son problème et n’arrive pas à le formuler, et n’est pas clair avec lui-même.
  • Demande ambiguë : une personne veut une chose et son contraire.
  • Demande latente : demande qui va émerger avec le temps.

5. C comme Contrat

Le contrat porte le contenu (accord sur le résultat) et sur le processus (accord sur le rôle du consultant).

  • Voici l’objectif(s) que je vous propose d’atteindre ( contrat sur le contenu ) et la manière dont nous fonctionnerons ensemble (contrat sur le processus). (Eventuellement : je ne peux prendre en charge telle ou telle demande pour telle raison. Je vous propose de travailler avec … dans ce cas particulier)
  • Pour aujourd’hui, je vous propose de continuer la séance en travaillant sur ..

Conclusion

Ensuite : Coup de marteau, intervention

La grille RPBDC est le minimum syndical d’une séance de coaching, ce que le coach doit avoir en tête s’il arrive les mains dans les poches….

 

 

 

Print Friendly