Je fais partie de la génération qui découvre la micro-informatique dans son salon, en 1980 sur ZX-81. Au départ un intérêt ludique, le sujet devient l’une de mes passions. A 22 ans, je participe à la création d’un jeu vidéo (« Le manoir de Mortevielle ») en parallèle de mes études (en informatique !). Les ventes me permettent d’acheter ma première voiture – et vive la liberté et l’autonomie étudiante ! – ainsi que mon instrument de musique : un orgue Viscount Domus 832.

Pour finir mes études, j’entre au LRI pour préparer une thèse de doctorat sur la modularité dans les spécifications algébriques. La motivation étant pour moi de pousser au bout l’idée (ou le mythe) du logiciel “zéro défaut”.

Ensuite, je choisis de rejoindre le privé, en informatique, tout en continuant la quête du zéro défaut : et j’ai l’opportunité de participer à la preuve du programme du pilote embarqué du métro parisien de la ligne 14 (entre 1995 et 1998). Suite à cette expérience, j’acquiert la conviction que ces méthodes auront toujours des limites intrinsèques, que ce soit dans leur propre cadre théorique formel ou dans la mise en application pratique, et ces limites sont le facteur humain.

Le zéro-défaut par des méthodes rationnelles et organisées est une illusion : afin d’atteindre le plus haut niveau de qualité, il faut surtout résoudre la problématique de l’entente entre demandeurs et producteurs ; un sujet complexe de relations humaines pour lequel j’ai besoin de plus d’expériences dans le métier. J’enchaîne alors les missions : chef de projet, concepteur, urbaniste, expert et enfin architecte des Systèmes d’Information, en tant que consultant pour différents employeurs, dont moi-même.

Le fil rouge de mes expériences, qui au départ était la recherche du zéro-bug en informatique, se transforme avec le temps, (et ma maturité) en recherche de la meilleure communication entre les personnes et les équipes, sujet qui m’intéresse depuis toujours, sur le plan privé. C’est ainsi que j’en suis venu à étudier les techniques thérapeutiques de PNL avec Génération Formation (diplôme de praticien en 2009), puis plus récemment l’AT et le Coaching avec Transformance Pro et l’approche Coach & Team Building (promo CT 44). En marchant sur mon chemin personnel, j’ai aussi rencontré le « Mankind Project » – MKP et la méditation vipassana (un moment éclairant sur mon expérience subjective).

Et aujourd’hui, je trouve ma voie dans l’intégration de l’ensemble de ces mondes : l’expertise technique, le coaching d’accompagnement individuel (vie privée, vie professionnelle, management), et le coaching d’équipes (équipes agiles, séminaires, teambuilding).

Print Friendly

One thought on “Clément Roques

  1. Bonjour Clément,
    Fabuleuse, la démarche qui part de l’expérience opérationnelle pour arriver au coaching.
    Comme quoi, le chemin que l’on peut croire tout tracé au début de notre carrière peut, petit à petit, ouvrir de nouveau horizons.
    Bravo à toi.
    Tes coachés sont entre de bonnes mains 🙂

    De mon côté, je vais tâcher de mettre en place la technique du Bâton de Parole pour favoriser l’écoute et la proximité .

    A bientôt !

Laisser un commentaire

5 + 2 =