Programmer son cerveau ?

Imaginez que quelqu’un ait le pouvoir de programmer son cerveau. Imaginez même qu’il ait le pouvoir de programmer votre cerveau, celui de vos parents, celui de vos enfants, celui de votre compagne/compagnon … L’idée serait tout à la fois envoûtante et terrifiante. Envoûtante, car bien sûr la vie pourrait devenir plus douce, plus joyeuse, et franchement passionnante en libérant tous nos freins, nos peurs, nos colères malvenues, nos peines trop intenses. Mais le pire est la face cachée de ce pouvoir : prendre le contrôle de soi, passe encore, mais prendre le contrôle d’autrui, agir sur ses pensées, sur ses émotions, et sur ses actions ? brrr, rien que d’y penser, de l’écrire, j’en ai froid dans le dos !

Il n’empêche, voici le terrain de prédilection de la PNL, et de grands coachs comme Tony Robbins, qui fonde toute sa pratique sur les préceptes de base de la PNL : reprogrammer son propre cerveau, comprendre les mécanismes émotionnels qui président à nos décisions, et agir sur ces émotions en les remplaçant par d’autres que nous choisissons.

A travers la prière ou la méditation, nous pouvons depuis longtemps apaiser nos émotions trop intenses. Mais que diriez-vous d’un système qui peut même vous aider à ouvrir autrement les portes, à répondre autrement au téléphone, à aborder autrement les inconnus dans les lieux où vous n’êtes pas à votre aise, à mieux parler en public, à savoir demander une augmentation, etc. ? Laissez courir votre imagination, tout ce qui est humainement possible vous est possible à vous aussi, et c’est le fond de commerce de toute l’industrie du Life Coaching.

HexbrainLa PNL, ou Programmation Neuro Linguistique, est précisément le rêve de cet art-science là. Programmer son cerveau, « Se programmer », comme on programme un ordinateur, en utilisant le langage machine de notre cerveau : nos 5 sens d’une part (dont le langage qui est un dérivé structuré de l’audition) qui fondent la structure même de nos pensées, et les états émotionnels d’autre part qui président à toutes nos prises de décision, à notre persévérance, à notre motivation, à notre énergie.

Pour la PNL, nos émotions sont la source de notre puissance, elles nous engluent dans une incapacité totale de mouvement, ou bien elles nous transportent au-delà des plus hautes montagnes !

Pour accéder à ces émotions, nous avons un langage spécifique, qui est le langage de notre représentation du monde : le « vakog » (pour lire à ce sujet : vakog), composé de :

  • les images vues ou imaginées, les scènes de notre vie, mémorisées, transformées avec le temps, les images marquantes, tout ce qui est « visuel »,
  • les sons entendus ou imaginés, les mots, les phrases qui structurent notre pensée, les livres lus, les maximes, les mots qui ont jalonné notre vie,
  • les sensations physiques, les douleurs, les plaisirs physiques, l’intime, les caresses,
  • et les lettres plus rarement utilisées de cet alphabet : les odeurs, et les goûts, qui peuvent être sur-développés chez certains d’entre nous.

Et pour reprogrammer, étape par étape, la PNL nous propose un outil de base appelé « ancrage ». Il consiste à associer artificiellement une sensation à une émotion, comme dans le cas de la madeleine de Proust, ou comme dans le cas de l’expérience des chiens de Pavlov. Muni de cet outil presque magique, nous avons la capacité de rejouer certaines situations clés de notre vie, et de les reprogrammer avec une nouvelle émotion, qui manquait, et qui est apportée par l’ancre.

Dit comme cela, l’outil fait un peu baguette de magicien, un peu apprenti sorcier. C’est exact mais ça marche, et c’est précisément cela qui en est le principal risque. La PNL peut être utilisée pour manipuler, pour vendre une cuisine ou une secte, elle peut être utilisée pour séduire, pour soumettre. (« … et dans les ténèbres les lier !« ) Alors pour éviter ces écarts, les praticiens ont une éthique, qu’ils s’engagent à suivre. Mais tous les praticiens le font-ils ? Les nouvelles méthodes de marketing, comme les nouvelles méthodes de remotivation ne sont-elles pas aux limites de cette déontologie de la manipulation ? Car lorsque vous ne vous sentez pas adapté à votre poste, si c’est vous qu’on va adapter au poste, en vous rendant plus « flexible », est-ce que vous n’êtes pas déjà passé dans un monde d’ultime auto-soumission ? Plus sur cela dans un prochain article …

Je reviendrais également sur le parallèle entre programmation informatique et PNL, car je trouve ces idées très éclairantes ; stay tuned !