Le Soi dérivé des choses

Savez-vous ce qu’est l’identification aux objets ? Savez que nous pouvons tous dériver notre sens du Soi – qui nous sommes – des objets qui nous entourent ?

C’est un fonctionnement naturel, répandu partout, dans tous les ages, et c’est aussi une des racines du mal-être de notre civilisation.

Qu’est-ce que c’est que le « soi dérivé des choses », que provoque-t-il, et que pouvons-nous y changer ? Voici le sujet que je vais esquisser dans cet article.

Expérience personnelle

Il y a quelques années, un pickpocket m’a subtilisé mon téléphone portable aux Halles, sur le quai du Rer. L’événement est courant, voire quotidien, rien d’exceptionnel.

Imaginez un instant, que quelqu’un d’autre que vous se fasse voler son téléphone. Que ressentez-vous ? Vous pourriez osciller entre compassion et indifférence. Peut-être un peu des deux. Mais finalement c’est un simple objet, et il est remplaçable. George Brassens a écrit une chanson adressée à un cambrioleur qui était passé lui dérober sa guitare, chez lui. Et il avait ces mots :

(…) je te pardonne
Ce que tu m’a volé, mon vieux, je te le donne
(…)
nous sommes quittes
Après tout, ne te dois-je pas une chanson

J’ai toujours trouvé cette histoire magnifique, tant pour sa musique que pour la noblesse d’esprit affichée par Brassens. Il faut vivre un cambriolage pour comprendre que pardonner à son voleur, et finalement lui donner ce qu’il a pris est une prouesse morale presque impossible à accomplir. Je n’imagine pas par quoi Brassens est passé avant de trouver cette pirouette, cette chanson.

Personnellement, le vol de mon téléphone portable s’est transformé en calvaire. Objectivement, j’avais seulement perdu un outil de communication avec quelques photos non sauvegardées. Subjectivement, une part de moi-même avait subi les outrages ultimes. J’ai ressenti une partie de mon être s’évaporer instantanément, et la souffrance que j’ai endurée pendant plusieurs jours est indescriptible …

Bien entendu, je ne souhaite rien de tel à personne ! Mais si comme moi à l’époque vous avez transféré une partie de vous-même dans ce qui vous entoure, alors vous allez souffrir de leur perte. Votre voiture, votre sac, votre maison, votre chaise, votre bijou préféré, etc. Tous ces objets sont des objets. Si vous y avez attaché une partie de votre ego, alors leur perte provoquera de la souffrance.

C’est exactement ce que recouvre le terme dukkha du bouddhisme : la souffrance inéluctable et omniprésente dans nos vies, tant que nous n’aurons pas réussi à détacher notre être des objets de notre réalité.

Se guérir

La première étape de la guérison de cet attachement aux choses, est de reconnaître qu’il existe. Que le mal est là.

Ensuite, la seconde étape est de comprendre comment cet attachement fonctionne, à quoi il répond, et de découvrir que cet attachement aux choses nourri l’ego.

La troisième étape est de comprendre que vous n’êtes pas votre ego. Si l’ego a besoin de choses pour exister, vous vous n’en avez pas besoin. L’ego se battra contre ces idées !

L’ego veut posséder. Et lorsqu’il possède il veut encore posséder d’autres choses. Vous devez apprendre à vous détacher de ce fonctionnement maladif. Vous n’êtes pas votre ego. Vous pouvez posséder sans attachement, posséder sainement.

Et utilisez les objets pour ce qu’ils sont !

Laisser un commentaire

× 9 = 63